Bilan Pérou


Notre premier mois ensemble viens de s’achever. On a adoré le Pérou.

Notre mission à Lima a été intense et on a clôturé ce joli mois par un petit voyage dans le sud du pays avec ma sœur et un notre ami Slava qui nous ont rejoint pour l'occasion. Voilà toute l’explication à notre GRAND retard sur le blog. Désolée. Mea culpa. Mais parfois on a moins envie d’écrire et on se laisse porter par le temps qui passe.


On était venu au Pérou pour effectuer une mission de conseil pour un entrepreneur local. Finalement, Carlos nous a contactés, il est péruvien mais parle français et son entreprise est un social business. Parfait.


On a découvert le monde merveilleux du tourisme responsable, le Green marketing et bashing. On a découvert le monde des agences de voyages, du logement chez l'habitant et du tourisme. Quelle industrie .Ce mois nous as fait beaucoup réfléchir sur notre manière de voyager mais aussi nous as encore incité à entreprendre. Il y a tellement de choses à faire ! Plus le temps passe plus on/je suis persuadée qu’il est facile de s’engager.Pendant ce mois, on a appris à travailler ensemble. C'était rigolo et difficile. Mais on s'en est plutôt bien sorti. A la fin de cette mission de conseil, pour un projet qui n'est encore une fois pas le nôtre, on a également décidé de travailler sur nos idées. On envisage de changer notre mission au Costa Rica en octobre. On avait initialement prévu de travailler pour une agence d’éco-tourisme. J'ai personnellement déjà l'impression d'avoir fait le tour des missions touristiques (après le Cambodge, Hong Kong et maintenant le Pérou). Pourquoi ne pas creuser un peu plus les nombreuses très bonnes idées de Benoit ? Pourquoi ne pas réfléchir aux défis sociaux que j'aimerais analyser ? On en reparlera.


Concrètement, on a conclu que la principale priorité pour Carlos était de remettre à plat la structure et l’offre de son entreprise « Casas del Perù ».A la base, il voulait remettre l'habitant au cœur du tourisme au Pérou via la création d'un réseau de logements dans les maisons péruviennes. De fil en aiguille, puisque cela n'était pas rentable, il a créé une agence de voyage qu'il a déclaré responsable. C'était ce qui lui tenait à cœur, s'engager pour un tourisme responsable au Pérou (et notamment un tourisme participatif). C'était plutôt malin car cela lui permettrait de commercialiser, via des circuits, ses séjours chez l’habitant.

Le problème c'est qu'il s'est retrouvé, avec son équipe, dépassé par cette mission d'agence de voyage. Ce n'est pas si facile que cela de créer une agence locale quand ce n'est pas ton métier de base et que la concurrence est très forte (surtout auprès des français). D'autant plus si tu décides d'être responsable. Les circuits que propose Peru Durable Travels (l’agence de voyage) sont donc en dessous de la vision de Carlos et très peu rentables.

On s'est