Un bilan à mi-parcours du fond de mon petit coeur


IMG_4510.jpg

Ferme les yeux.


Cela fait 6 mois. Une éternité. Des milliers de visages. Une goutte d'eau pour vous, une vie presque entière pour moi.


Je ne vais pas vous faire un bilan à la jefaisunvoyageautourdumondetropcool.com . Je ne vais pas vous dire que mon pays le plus surprenant à été la Birmanie, le plus émouvant à été l’Inde , le plus accueillant les Philippines, le plus réconfortant Hong Kong , le plus sportif le Népal, le plus difficile la Birmanie, le plus intéressant les Philippines, le plus joli la Birmanie, le moins nouveau le Népal, le plus traumatisé le Cambodge, le plus dépaysant ( encore et toujours) l’Inde, le plus festif le Cambodge, le plus souriant les Philippines, le plus discret la Birmanie, le plus envahissant, sale et oppressant (encore et toujours) l’Inde, le plus amaigrissant le Népal , le plus savoureux (encore et toujours) l’Inde , le plus moderne Hong Kong, le plus chaud le Cambodge(40°), le plus froid le Népal (-27°), et le plus remuant (encore et toujours) l’Inde. Je ne vais pas vous le dire car ce projet, c’est plutôt le chemin de traverse que j’ai choisi pour devenir ce que j’aimerais être demain. Pas un listing de belles destinations en top 10 du guide Lonely Planet.


Aujourd’hui, après 6 mois, je n’ai jamais été aussi contente d’avoir choisi de voyager en participant à des projets, en découvrant des choses importantes pour moi. Je n’ai pas envie de voir ce qu’il y a voir. Je veux voir ce que moi j’ai besoin de voir. Et cela me fait louper une multitude de choses. Je n’ai vu que 5 à 10% des pays dans lesquels j’étais. Un tout petit aperçu, d’un seul endroit parfois. Mais un aperçu long, lent et profond. Si un tour du monde est une liste de destinations, de sites majestueux, de paysages à couper le souffle, on peut considérer que mon projet n’en est pas vraiment un. Pour autant, j’en ai bien marre de faire et défaire mon sac à dos, de vivre sans presque aucune intimité et parfois confort, de manger du riz à chaque repas et de laver ma lessive à la main.


Pendant ces 6 mois, j’ai donc participé à « six projets ».

En Inde, j’ai appris à surmonter la mort et la regarder droit dans les yeux. J’ai appris à tendre la main à un lépreux et à l’embrasser avec dignité.

Au Népal, je me suis r