Les premiers TWAMhosts de Birmanie


1M1P BIRMANIE CLIO - PHOTO 11.jpg

Après déjà plus de 15 jours en Birmanie, je peux vous dire que je suis totalement amoureuse de ce pays. J’ai découvert une Asie mystérieuse, discrète et réservée. Une Asie toujours aussi généreuse et passionnante mais dans un tout autre style. Les Birmans sont timides ! Après la curiosité intrusive des Indiens et des Népalais, il est très rigolo de voir des femmes Birmanes qui n’osent pas me regarder dans la rue.Leur culture est passionnante : de la ferveur religieuse, aux 135 ethnies, aux multiples invasions de leurs voisins, à l’oppression politique ou encore à l’ouverture massive au commerce extérieur, il y a de quoi apprendre ! Benoit, mon amoureux, était avec moi pour une petite semaine de retrouvailles et de découvertes. J’ai réellement commencé le projet à partir du lac INLE la semaine dernière. J’y ai fait de supers rencontres !


Pour vous faire une petit piqûre de rappel de mon projet : J’essaye de développer le réseau TRAVEL WITH A MISSION en Birmanie. Je dois trouver des écoles, associations, institutions, où n’importe quel contact qui souhaiterait accueillir des voyageurs, des volontaires pour échanger, partager et aider sur place dans le pays. TWAM (Travel With A Mission) est la plateforme internet qui permet de mettre en relation gratuitement tout ce beau petit monde !

Un TWAMHost est l’ONG ou l’école qui accueille sur place.

Un TWAMer est le voyageur, le volontaire, qui souhaite aider et donner du sens à son voyage.


PACT MICRO FINANCE FUND

logo.png

Je me baladais à Nyaung Shwe, la ville en bordure du lac INLE, quand je suis tombée par inadvertance sur les bureaux de PACT. PACT est un des plus important fond Américain de Micro Finance. La micro finance c’est le fait de donner accès à des services financiers, et notamment des microcrédits, aux personnes exclues du système financier classique. Dans des pays pauvres, comme la Birmanie, cela permet de donner accès à des prêts de tout petit montant aux locaux pour qu’ils puissent monter leurs business ou artisanat. Ces micro projets, comme acheter un bateau pour faire visiter le lac INLE aux touristes, sont très importants pour favoriser le développement de l’activité économique. Ils permettent directement aux familles de trouver une activité économique les aidant à vivre et d’améliorer leur condition sociale. Depuis 1997, PACT a déjà aidé plus de 730 000 personnes en prêtant plus de 140 Millions de dollars (avec un taux de remboursement frôlant les 100%). C’était très intéressant de les rencontrer pour comprendre comment cela fonctionner sur le terrain. Ils agissent comme des consultants en accompagnant réellement chacun des micro projets, au delà même d’un prêt de 100 euros.L’action de TWAM n’a pas d’intérêt pour eux car ils fonctionnent comme une banque, c’était plus une rencontre personnel. Je suis 100% convaincue de l’intérêt incroyable de cette approche pour le développement rural des pays. Il faudrait pouvoir développer plus de petits bureaux comme celui ci dans des toutes petites villes.


PACT Global Microfinance Fund

http://www.pactworld.org

Main office : 1st Floor, Tower B, Diamond Condominium, 497 Pyay Road, Yangon

+95 1 501 373

rharrison@pactworld.org

Nyaung Shwe office : PACT Phaung Daw Side Road, Nyaung Shwe, Southern Shan State, Myanmar


INLE LAKE CONSERVATION

Clio therage 1month 1project inle lake conservation.jpg

Le lac INLE est un endroit à part sur terre : ses habitants vivent directement sur le lac grâce à leurs maisons de bambou construites sur pilotis.

La préservation du lac est un enjeu MAJEUR pour la Birmanie et pour le monde entier pour les prochaines années. Il ne faut pas y naviguer longtemps pour s’en rendre compte. Les détritus de plastique longent le sol marin. Les moteurs des bateaux reversent leur essence dans une eau trouble et sale. Les habitants se brossent les dents et se lavent les cheveux à coté de leurs propres excréments. Les pêcheurs essayent 10 voir 12H par jour de pêcher des poissons absents d’un lac autrefois autosuffisant pour sa population. L’agriculture sur l’eau doit être de plus en plus productive ce qui oblige la population mal renseignée à utiliser des pesticides très dangereux. Sans parler des arbres totalement absents des rivages à cause de la déforestation (ce qui n’aide pas à la bonne santé du lac).

L’eau du lac a été évaluée comme une des eaux les plus polluées du monde alors que ses habitants la boive et vivent de son poisson. Le niveau du lac diminue d’année en année et les poissons ont presque disparu. Ce n’est donc pas simplement un enjeu écologique mais bien aussi un enjeu social et économique pour les centaines de milliers d’habitants du lac inle.

L’INLE LAKE CONSERVATION (Inntha Literature, Culture and Regional Development Association ILCD) est une petite association à Nyaung Shwe, composée uniquement de locaux, qui essayent de luter contre ces fléaux.Leur priorité est l’éducation : Apprendre aux habitants ce qu’est l’écologie, qu’il ne faut pas polluer le lac avec leurs déchets ou encore qu’il est très dangereux pour leur santé d’en boire l’eau. Mais ils ont également de très nombreux projets concrets : ils organisent des journées de nettoyage, ils réintroduisent certaines espèces plus résistantes de poissons, ils plantent des arbres, ils apprennent aux locaux comment cultiver bio ou ils construisent des récipients à excréments pour éviter qu’ils ne finissent dans l’eau.


Ils sont les premiers TWAMHosts de Birmanie ! J’espère que de très nombreux voyageurs s’y arrêteront pour les aider, une journée, une semaine ou voire un mois.

Ils ont besoin de volontaires pour les aider à nettoyer le lac, à faire de la prévention, à enseigner l’anglais pour mieux défendre leurs intérêts ou encore les aider à développer une agriculture biologique.


Inntha Literature, Culture and Regional Development Association (ILCD)

thadoeinle83@gmail.com

+95081209876

ILCD OFFICE Phaung Daw Seik Road , Win quarter, Nyaung Shwe , Southern Shan State , Myanmar .


INLE SPEAKS

IMG_3231.JPG

Comme ses amis ILCD, l’ONG INLE SPEAKS essaye de préserver tout ce qui est en rapport avec le lac Inle . Une grande partie des projets concernent l’environnement mais INLE SPEAKS essaye également de développer l’empowerment de la population. Un des points clés pour leur économie est l’anglais : ils donnent des cours d’anglais aux communautés et leur donnent accès à des bibliothèques. Ils donnent également gratuitement des cours de business afin d’aider les communautés à développer leur économie dans le bon sens : une économie durable, solidaire et qui prend soin du lac. Par exemple, un des volontaires m’expliquait que les birmans avaient du mal à avoir des nouvelles idées . Si le voisin propose ce tour ci en bateau , celui d’a coté va faire la même chose . Ils n’arrivent pas à trouver par eux mêmes les nouvelles opportunités économiques . INLE SPEAKS leur permet donc d’acquérir des notions simples de business afin qu’ils puissent exploiter de la meilleur manière possible le fabuleux potentiel économique de la région. L’ONG fait aussi office de place publique pour débattre et échanger sur des sujets de la communauté. INLE SPEAKS est une branche de l’ONG Norvégienne PFC ( Partnership for change) qui a de très beaux projets en Birmanie . Je devrais normalement les rencontrer à Yangon . Ils reçoivent d’ailleurs Muhammad Yunus dans 3 jours ! Suite à leur inscription TWAM, j’espère également que de nombreux visiteurs iront les aider sur des missions courtes comme nettoyer le lac ou donner des cours d’anglais mais également sur des missions longues comme le transfert de compétences business.


INLE SPEAKS COMMUNITY SKILLS DEVELOPPMENT CENTER

No 68 Kyauk Tai Street , Win Yat quarter 3 , Nyaung Shwe Township , Southern Shan State , Myanmar

Inlespeaks@gmail.com

+9581209871

http://www.pfchange.org/activities/pfc-social-innovation-fund/inle-speaks/

https://www.facebook.com/inle.speaks



MAIN THOUK ORPHELINAT

Clio therage 1month 1project orphelinat.jpg

Je ne suis pas prête d’oublier ma journée à l’orphelinat Main Thouk. Levée 4h30 du matin, je retrouve mon ami de l’Inle Speak Conservation qui m’accompagne visiter un des plus grands orphelinat de la région. Nous avons 1h de vélo depuis Nyaung Shwe pour le rejoindre. Au bout de trois minutes, à moitié endormie, je sais déjà que notre petite ballade matinale sera un enfer. Mon vélo est un vélo chinois des années 1950. Une vieille carcasse de rouille. Autant vous dire que les chinois n’avaient pas inventé les vitesses et encore moins les plateaux sur leurs vélos dans les années 1950. J’ai l’impression de trainer un tracteur à chaque coup de pédale. Il fait nuit et je peine à le suivre. Nous arrivons en sueur à l’orphelinat vers 6H, parfaitement à l’heure pour prendre le petit déjeuner. Le directeur est absolument RAVI de me faire découvrir les spécialités locales à base de MOUTON FRIT. Oui, oui, vous avez bien lu. Du mouton frit. Etant donné que je déteste le mouton et rapport au fait qu’il est 6h du matin, la nausée commence à me monter. En tant qu’invitée très polie je fais honneur au petit déjeuner en étant absolument répugnée par tout ce que je mange. Absorbés par nos conversations, j’essaye d’éviter certains plats, en espérant qu’il ne remarque rien. Mais évidemment il veut que je goûte TOUT et remarque tout de suite ce que je n’ai pas goûté. S’en suis une visite du monastère bouddhiste sur la montagne : nous marchons avec mon ami au milieu de plus de 50 moines qui partent mendier leur repas. Le soleil orange nous éblouit et fait briller leurs uniformes rouges qui volent à chacun de leur pas. Mon ami Birman trouve que c’est alors le bon moment pour sortir son téléphone et écouter Justin Bieber. Quand je me rends compte que je sens le mouton, je me dis que ce moment est tout de même hors du temps et absolument improbable.

Vers 8h nous retrouvons enfin les enfants : Ils sont divisés dans un bâtiment pour les garçons et un bâtiment pour les filles. Ils ne sont pas tous orphelins mais certains d’entre eux ne peuvent pas rentrer chez eux, ils appartiennent à des ethnies qui sont persécutées ou des régions en guerre. Chacun d’entre eux se présentent un par un pour me montrer à quel point ils apprennent bien l’anglais : « Let’s me introduce my self, my name is U tet …. My hobby is to play football … My ambition is to become doctor .. » Puis viens mon tour , il est 8h30 et je dois les occuper pendant 3h jusqu’à 11h30. Heureusement, j’avais prévu un peu le coup en préparant le projet car je savais que j’allais rencontrer des enfants . J’ai imprimé et plastifié des feuilles A4 présentant la France : où elle se situe, ce qu’on y mange ou ce que l’on peut y faire . J’ai imprimé des photos de ma famille , de mes amis et de l’itinéraire de mon tour du monde . J’ai également des photos de l’Inde et du Népal afin de leur parler de ces pays qu’ils ne doivent sûrement pas très bien connaître . Pendant 1h , je vis un moment de grâce . Les enfants adorent mes photos et sont très intéressés par mes histoires. Vers 9h30 , la surveillante revient et me dit : « Now , English lesson ». OK . N’était-ce pas ce que je faisais depuis 1h ? Je leur parlais en anglais et les faisais pratiquer . Mais non , elle veut que je donne un COURS d’anglais . Panique à bord . J’ai plus de 70 enfants assis devant moi , les yeux grands ouverts , leur cahier ouvert, prêt à écouter le cours d’anglais . Je n’ai absolument pas prévu cela . J’aperçois alors un poster des lettres de l’alphabet et je sais pas pourquoi me vient alors la pire idée d’exercice : les fruits selon l’alphabet. A like APPLE , B like BANANA …. E like … E like … E like …Pourvu qu’ils trouvent, pourvu qu’ils trouvent … Bon OK cet exercice est nul au bout de la lettre E je ne trouve déjà plus de fruit : NEXT EXERCICE . Je galère pendant 2h à leur faire répéter les noms des animaux. Qu’est ce que c’est dur d’être une maîtresse .Je vais mettre un point d’honneur pour que les futurs TWAMers interviennent uniquement pour parler de leur expérience ou jouer d’un instrument car les cours d’anglais pur et dur ce n'est quand même pas très utile pour eux . Ils doivent pratiquer l’anglais, découvrir le monde et s’ouvrir l’esprit, pas regarder un guignol de blanc leur répéter le nom des fruits .


Main Thouk Orphanage

Nyaung Shwe Township , Inle , Southern Shan State Myanmar

0941008457

tettun.inle@gmail.com

RURAL DEVELOPMENT SOCIETY

IMG_3278.JPG

Nous quittons le lac Inle avec Kris, un des mes amis qui m’aide sur la mission, pour rejoindre Kalaw. J’ai trouvé sur internet une ONG qui me semble super dans ce petit village de départ de trek .On y rencontre alors Tommy : je ne sais pas pourquoi mais je crois qu’il est Norvégien (alors qu’il est Shan et porte un turban). Cela fait à peine une minute qu’il nous parle qu’il doit déjà me prendre pour une cinglée. Tommy a crée R.D.S en 1992 afin d’aider Kalaw et les villages environnants à se développer. Son ONG construit des routes, des ponts, des bibliothèques, des tanks d’eau ou des écoles dans des villages parfois très reculés. Tommy est très engagé politiquement : il fait parti des proches d’Aung San Suu Kyi, la prix Nobel de la paix, et représente la Ligue Nationale pour la Démocratie dans la région. Il a été emprisonné plusieurs mois pour son engagement contre la junte militaire. On est assis dans son petit shop d’artisanat local à l’écouter nous raconter sa vie. Il semble très marqué par son passage en prison et a presque les larmes aux yeux en essayant de nous faire comprendre que les militaires l’ont torturé afin qu’il quitte son parti. Pourtant il continue encore aujourd’hui à représenter les intérêts du parti dans les régions les plus reculées et à essayer de régler les conflits entres les ethnies. C’est un grand homme. Il nous livre ses pensées avec une grande générosité. Nous sommes désormais responsables de la vérité : la Birmanie n’est pas un pays stable et heureux. Le gouvernement nous cloisonne dans des lieux touristiques sans problèmes apparents pour nous cacher la réalité : de nombreux birmans sont opprimés, la liberté d’expression est un fantasme, la liberté de la presse une illusion et l’enrichissement des militaires une réalité. Le pays souffre de très violents affrontements ethniques et de manque de développement rural. L’état ne construit pas d’école, d’hôpitaux, de routes. L’état ne veille pas à l’accès à l’eau et l’électricité. L’état récolte les taxes et s’enrichit pour ne rien réinvestir.


IMG_3281.JPG

Le lendemain, Tommy nous embarque dans sa voiture pour un tour des villages. On y constate par nous même l’incroyable travail que son ONG réalise : grâce aux routes, aux ponts, les villages sont moins isolés. Grâce aux tanks, il n’est plus nécessaire de faire plusieurs heures de marche pour s’approvisionner en eau. Grace aux écoles et aux bibliothèques, les enfants ont accès à l’éducation. Grace à la coopérative, les agriculteurs peuvent vivre de la vente de leurs produits dans plusieurs villages.

Grâce à l’orphelinat, des enfants sans parents et originaires des zones de conflits peuvent trouver un toit et recevoir une éducation. J’espère que des volontaires viendront leur raconter ce qu’est la liberté pour un enfant en France.

Rural Development Society R.D.S

N 4 Ward , Myoma Road , Next to the Kalaw market, KALAW , Southern Shan State Myanmar

Sdr1992@gmail.com

rdskalaw@gmail.com

Tommy Aung +9595280974

YMCA MANDALAY

IMG_3294.JPG

La Young Men’s Christian Association est un organisme international énorme : ils sont présents dans 124 pays au monde , ont 44 millions d’adhérents et plus de 14 000 associations locales.

A Mandalay le YMCA est plutôt actif et organise de nombreuses activités pour les enfants . Nous avons rencontré leur centre français : on a été plutôt agréablement surpris de constater qu’ils enseignaient le français à des étudiants à l’université ou à des particuliers qui souhaitaient apprendre .On a rencontré une française qui donne des cours dans le centre depuis plus de 15 ans . C’était intéressant d’avoir son éclairage sur la situation politique du pays : elle nous a confirmé en direct , en posant des questions aux étudiants , que l’information ne circule absolument pas dans le pays. Ils ne sont au courant de rien.

Grace à TWAM , les voyageurs pourront participer aux séances de bavardages avec les étudiants en français tous les vendredi à 16H .


French Center YMCA

80th St , between 24th & 25th St , Mandalay , Myanmar

Phone : +959444006102

Centrefrancais.mandalay@gmail.com

PHAUNG DAW Oo Monastic School

IMG_3299.JPG

PHAUNG DAW Oo est la plus grande école monastique du pays . Elle a été fondée en 1993 par plusieurs moines . C’est eux qui dirigent l’école où plus de 7000 élèves viennent chaque jour recevoir une éducation traditionnelle mais aussi religieuse .

Une grande partie des étudiants sont des moines mais elle est ouverte a tous et elle est gratuite . Depuis quelques années , l’école est obligée de suivre le programme du gouvernement . Avant cela, on distinguait l’enseignement public de l’état ( « government school ») et l’enseignement religieux des moines ( « Monastic school ») . Suite à de nombreuses rebellions de moines et de la peur de l’éveil des consciences du gouvernement , le programme scolaire est désormais le même pour tous et doit être strictement appliqué . Les méthodes d’enseignement du gouvernement ne sont pas jojo : ils apprennent par cœur des notions sans aucune interaction avec le professeur. Je suppose que le passé historique du pays doit être ridiculement modifié . Quoiqu’il en soit cette école a le mérite de donner accès à l’éducation et d’accueillir des orphelins et des réfugiés des zones de conflits . On y a croisé plusieurs volontaires qui viennent y passer plusieurs semaines pour essayer de donner des cours plus interactifs et instructifs que ceux qu’ils reçoivent du programme du gouvernement . Au vu du nombre de volontaires chaque année , l’école n’a pas besoin de TWAM . J’aimerais qu’on puisse trouver plutôt des petites écoles qui ne disposent pas encore de visites d’étrangers.


Phaung Daw Oo Monastic School

Augmyetharsan township , Nanshe, Mandalay , Myanmar

19th street , between 60th an 59th street

pdoppg@gmail.com

karlburnet@myanmar.com.mm

Cette mission est intéressante car elle nous permet de découvrir le pays sous un angle différent. Au delà du sentiment d'utilité qu'apporte TWAM , c'est une vraie découverte de secrets bien enfouies . Je découvre également le monde merveilleux et compliqués des ONG . L'argent , l'argent , l'argent , l'argent , l'argent , l'argent ... quel sacré problème ! Nous restons encore quelques jours à Mandalay pour rencontrer d’autres ONG . Nous allons ensuite rejoindre Hsipaw, un village dans les montagnes pour y rencontrer de nouvelles ethnies . On finira le mois à Yangoon pour une semaine de rencontres de nombreuses autres initiatives.

A très vite !

Vive la vie et vive la liberté !

#birmanie

DERNIERS CARNETS :