Présentation du projet TWAM en Birmanie


iStock_000019720600Medium.jpg

Mingalaba !

C’est parti pour le troisième mois et donc le troisième projet en BIRMANIE ! Ce pays m’intrigue et me fait rêver, je suis ravie de le découvrir.

La Birmanie

Petit point géographique car je suis sûre que certains d’entre vous ne savent pas la situer :

carte_asie_birmanie.gif

Nous autres, les français, nous l’appelons la Birmanie mais pourtant ce n’est pas le nom du pays. En effet, en 1989, la junte militaire au pouvoir a décidé de redonner le nom historique au pays : le MYANMAR. Ce changement de nom est particulièrement controversé : la junte militaire a voulu abandonner le nom de Birmanie faisant référence à la culture Birmane et notamment aux BAMA, l’ethnie majoritaire birmane. La junte a donc voulu donner un caractère multiethnique au nom du pays mais sans consulter la population. C’est pour cela que de nombreux pays (dont la France) ne reconnaissent pas le nouveau nom du pays.


Parlons justement de la situation politique : Le MYANMAR est un pays très particulier.

Le pays était très replié sur lui même jusqu’aux années 1990. Il subissait une totale dictature marxiste des militaires au pouvoir (la junte). Les étrangers n’avaient pas l’autorisation de pénétrer le pays et de nombreux embargos bloquaient le commerce international. Depuis une dizaine d’années, le pays s’ouvre petit à petit au tourisme, aux investissements étrangers et aux aides internationales. L’organisation internationale des droits de l’homme classe la Birmanie comme un des pires pays au monde en terme de libertés : le travail forcé est une pratique courante, la liberté de la presse et les droits de l’homme n’existent pas, le pouvoir judiciaire est totalement lié à la junte au pouvoir et l’opposition politique est très opprimée.En 2012, beaucoup de pays occidentaux, dont l’UE et les USA, ont levé la plupart des sanctions pesant sur le pays afin d’encourager les réformes du gouvernement.

Trois ans plus tard, la démocratie tarde toujours, l’armée contrôle toujours le pays et les violences continuent.Aung San Suu Kyi, la célèbre prix Nobel de la paix, essaye de mener son parti d’opposition au pouvoir. Mais elle ne peut pas être candidate à l’élection présidentielle car la constitution du pouvoir actuel l’en empêche : Elle a un époux et des enfants étrangers avec un anglais. Pour modifier cette règle absurde il faut modifier la constitution via un vote de 75% des députés. La junte militaire en possède 25%. C’est absurde.Les élections d’octobre prochain promettent d’être épineuses, mais le parti d’Auug San Suu Kyi a le mérite de réveiller la conscience politique des birmans, qui subissaient jusqu’à présent totalement leur oppression.


Outre cette situation politique catastrophique, le MYANMAR est un pays fabuleux : il est l’héritier d’une des cultures les plus originales de l’Asie. C’est comme un saut dans le temps. C’est un des berceaux de l’humanité et des premiers hommes. De nombreuses communautés ethniques y cohabitent. C’est aujourd’hui un des plus importants pays bouddhistes du monde et le site de BAGAN (5000 temples répartis sur des dizaines de kilomètres) est un parfait exemple de leur ferveur religieuse.



Le projet : TRAVEL WITH A MISSION

Outre ma folle envie de découvrir ce pays mystérieux et secret, je vais essayer de réaliser un projet qui me tient à cœur. Alors que mon idée de tour du monde trottait dans ma tête l’année dernière, j’ai lu un bouquin qui a tout fait basculer. « Le tour du monde en stop » de Ludovic Hubler. Ludovic est un français qui a traversé le monde en cinq ans, en stop. C’est le premier à l’avoir fait. Ludovic a fait une école de commerce et il avait décidé, à l’époque, qu’il avait besoin de découvrir le monde avant de rentrer dans la vie professionnelle. Son doctorat de la vie. Son histoire est super et je vous encourage à lire le bouquin si cela vous intéresse. Durant son voyage, il s’est rendu compte qu’il y avait une chose qui lui plaisait particulièrement au delà des pays et du stop : Intervenir dans des écoles ou associations pour partager et faire découvrir son histoire à toute personne intéressée de l’entendre. Il a donc parlé du monde, de voyage, de paix, de tolérance, de partage, dans de très nombreux pays improbables. Voyager avec du sens.A son retour, il a créé TRAVEL WITH A MISSION. C’est un site internet qui permet de mettre en relation des voyageurs qui désirent partager leur expérience ou leur temps avec les locaux et des écoles ou ONG sur place qui sont prêtes à les accueillir. C’est une merveilleuse plateforme et communauté. Il ne faut pas forcément avoir traversé le monde pendant 5 ans pour avoir des choses intéressantes à raconter : parfois le simple fait de rencontrer les personnes, de parler anglais, ou de donner un coup de main pour telle ou telle mission suffit.


Mon tout petit rôle la dedans ? Essayer de trouver des contacts en Birmanie pour développer le réseau. En effet, aujourd’hui, il n’y a encore personne d’inscrit pour accueillir des voyageurs ici (des TWAM Hosts). Si j’arrive à trouver ne serait ce que deux ou trois ONG ou écoles partantes pour accueillir des voyageurs cela serait super. Cela permettra au futur voyageur de leur donner un peu de temps. Je vais globalement rester dans les zones touristiques car c’est globalement là ou les futurs voyageurs se rendront .Mon principal défi sera de trouver les dites ONG et écoles mais surtout de trouver des personnes parlant anglais. S’ils ne parlent pas anglais, l’intérêt d’accueillir des étrangers est réduit à néant.


A très vite pour la suite des aventures !

Vive la vie !

#birmanie

DERNIERS CARNETS :
LA BIBLIOTHEQUE :
LES CARNETS PHOTOS :
Lonely planet 1month1project

Un tour du monde avec du sens !