Présentation du projet TWAM en Birmanie


iStock_000019720600Medium.jpg

Mingalaba !

C’est parti pour le troisième mois et donc le troisième projet en BIRMANIE ! Ce pays m’intrigue et me fait rêver, je suis ravie de le découvrir.

La Birmanie

Petit point géographique car je suis sûre que certains d’entre vous ne savent pas la situer :

carte_asie_birmanie.gif

Nous autres, les français, nous l’appelons la Birmanie mais pourtant ce n’est pas le nom du pays. En effet, en 1989, la junte militaire au pouvoir a décidé de redonner le nom historique au pays : le MYANMAR. Ce changement de nom est particulièrement controversé : la junte militaire a voulu abandonner le nom de Birmanie faisant référence à la culture Birmane et notamment aux BAMA, l’ethnie majoritaire birmane. La junte a donc voulu donner un caractère multiethnique au nom du pays mais sans consulter la population. C’est pour cela que de nombreux pays (dont la France) ne reconnaissent pas le nouveau nom du pays.


Parlons justement de la situation politique : Le MYANMAR est un pays très particulier.

Le pays était très replié sur lui même jusqu’aux années 1990. Il subissait une totale dictature marxiste des militaires au pouvoir (la junte). Les étrangers n’avaient pas l’autorisation de pénétrer le pays et de nombreux embargos bloquaient le commerce international. Depuis une dizaine d’années, le pays s’ouvre petit à petit au tourisme, aux investissements étrangers et aux aides internationales. L’organisation internationale des droits de l’homme classe la Birmanie comme un des pires pays au monde en terme de libertés : le travail forcé est une pratique courante, la liberté de la presse et les droits de l’homme n’existent pas, le pouvoir judiciaire est totalement lié à la junte au pouvoir et l’opposition politique est très opprimée.En 2012, beaucoup