BILAN NEPAL : Hors du monde , hors de moi


IMG_6324.jpg

C’est la fin du deuxième mois et donc l’heure du petit bilan mensuel.


Ce que j’ai appris : Comment je vois la vie maintenant ?

Que suis-je venue chercher au Népal ? Une expérience spirituelle au cœur de la nature. Hors du monde. Après s’être occupée des autres, je voulais m’occuper de moi.Du trek dans les montagnes tibétaines à l’apprentissage de la méditation VIPASSANA, je pensais que ces deux expériences seraient similaires, un certain retour aux sources.Elles ont pourtant été si différentes. Le trek a été un défi sportif intense, un affrontement brutal avec la violence de la nature, beaucoup de rencontres bouleversantes mais au final une solitude déprimante. La méditation a été, à l’inverse, un emprisonnement pur et dur, bien loin de l’air des montagnes, une activité physique digne d’une limace, un isolement mental bien plus strict qu’en prison, seule. Pourtant, cela ne m’amènera jamais à la solitude, bien au contraire.Quand je regarde le mois qui vient de s’écouler, je me dis que je repars avec un nouveau sac à dos inattendu : Mon petit baluchon VIPASSANA. Je ne m’attendais pas à accrocher autant avec cette technique de méditation. C’était de la curiosité. Mais je savais que j’en avais besoin. Ma vie parisienne n’était qu’une projection de choses à faire. Le temps de rien. Le temps de tout, sauf de prendre du temps.


Pendant ce mois, j’ai appris que ma plus grande force résidait dans mon esprit. Je peux gravir des sommets, je peux rester assise des heures sans bouger, sans parler, sans manger. Je peux ignorer la douleur qui me tord le ventre. J’en suis capable. Mais pas parce que mon corps le veut, mais parce que mon esprit est fort. Il est fort et j’ai appris à le maitriser. J’ai appris à prendre conscience de mon corps dans la réalité de chaque moment. J’ai appris à vivre dans le moment présent, réellement et pas juste en intellectualisant ce concept. J’ai appris que le bonheur consiste à trouver sa paix, son harmonie, sa vérité, en étant qu’amour et compassion.


Comment je vois la vie maintenant ? Comme une petite rivière, calme, apaisée, tranquille mais surtout libre. Une petite rivière du Langtang.

Les moments cools

Ma première douche chaude après 7 jours sans douche pendant le trek c’était super cool. Manger des spaghettis carbonara après 12 jours de riz, lentilles ou soupes c’était cool.

Le snickers à 6h du matin le dernier jour de