Un mariage indien


Indian wedding

Vendredi 23 et Samedi 24 j’ai eu la chance d’être invitée à un mariage indien : c’était le mariage de la sœur de notre ami Rahul de Mumbai. On avait déjà participé à un mariage mais on était seulement des hôtesses potiches à l’accueil et l’on n’avait pas vraiment pu vivre les traditions.

J’ai de la chance : ils sont riches, vraiment très attachés aux traditions et je connais personnellement le frère de la mariée qui a un rôle très important. Je vais donc vivre un mariage indien dans les meilleures conditions possibles.

Petit préambule : Avant le mariage !

Le mariage arrangé ce n’est pas un mythe des années 1800 mais bien une réalité en Inde. Si si, je vous assure. Une grande majorité des mariages encore aujourd’hui sont des mariages arrangés. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de mariages d’amour … tant qu’ils respectent certaines règles simples telles que l’équivalence de castes. Les indiens considèrent que l’amour se développera naturellement tout au long de la vie de couple. C’est le rôle du père de famille de marier tous ses enfants et notamment ses filles, et de leur donner une bonne dot pour favoriser leur mariage. La dot est une pratique courante chez toutes les castes : plus la famille du mari est haute dans l’échelle sociale ou influente, plus la dote demandée sera élevée. La dot n’est pas de l’argent mais des cadeaux ou des investissements pour la famille. Elle peut s’élever à des millions de roupies. Les critères de sélection d’une épouse ou d’un époux sont assez simples : la caste, le statut social du père et l’éducation. La famille cherche donc le ou la meilleure candidate le moment venu par l’intermédiaire d’une sorte de CV, d’annonces matrimoniales ou encore par le biais de l’entourage. Une fois les deux familles d’accord, les époux se rencontrent autour d’un café. Si tout se passe bien, l’astrologue pourra alors valider leur compatibilité et fixer la date propice du mariage. Parfois les époux ne se sont vus qu’une seule fois avant de se marier.

La première soirée : le show de la famille

Rahulshow

Je me rends à la première soirée un peu perplexe : Rahul m’a conseillé de ne pas porter de saree ce soir, je suis donc simplement en jean t-shirt noir. Heureusement sa femme m’a apporté une robe indienne qui me permet de me sentir plus à l’aise au milieu des tenues de soirée. Pour cette première soirée, les invités sont limités à l’entourage proche. Il s’agit du show de la famille. Pendant 1h30, la famille des deux époux doivent réaliser une sorte de spectacle mêlant théâtre danse et chant. C’est assez comique car improbable. Rahul, en tant que grand frère de la mariée, a du tout organiser lui même et coordonner ces 50 personnes qui doivent monter sur scène. Il est le fil rouge du spectacle mais comme c’est en hindî je ne comprends absolument rien. La seule chose que je sais c’est que c’est ultra kitsch, à base de musique Bollywood et de voix enregistrées au lieu de parler dans un micro. Une fois le spectacle fini, les invités se pressent au buffet mais ils ne s’attardent pas, diner est une nécessité pas vraiment un plaisir. Ils repartent assez rapidement. De mon coté, les amis de la mariée me proposent de sortir avec eux en boîte. J’avoue qu’il est super tôt pour une soirée de mariage (21h30) et qu’ils vont juste à coté de mon hôtel. Je les accompagne sans trop savoir ce qui m’attend. On repasse par leur hôtel pour qu’ils puissent se changer. C’est une grosse claque culturelle : j’ai déjà pas mal de fois vécu la transition verticale, bas de l’échelle sociale vers haut de l’échelle en une journée , entre pauvreté et extrême richesse. Mais c’est la première fois que je vis l’autre forme de contraste qui caractérise l’Inde, une échelle horizontale : entre tradition et modernité. C’est un petit choc pour moi, en l’espace de 30 minutes les filles se transforment de filles sages et silencieuses en saree à des femmes occidentales en mini-jupes surexcitées. La boîte de nuit a tout ce qu’il y a de plus occidentale : la musique, l’alcool, les mini-jupes, les hommes qui draguent les femmes.

C’était une bonne soirée, quoiqu’un peu éprouvante émotionnellement en repensant à mes patientes de PREM DAN. Je préfère ce monde ci à celui artificielle crée par la jeunesse dorée indienne.


La deuxième soirée : la cérémonie

Cliotheragesaree

La deuxième soirée est le vrai soir de la cérémonie et du mariage : plus de 2000 personnes sont attendues. C’est absolument énorme. Je porte le saree que ma copine Juliette m’a prêté. Il est noir avec des dorures. Il est sobre et beau. A l’occidentale. Je l'aime beaucoup et cela me donne envie d'en acheter un comme cela pour moi. Je contraste totalement avec l'ambiance et les autres sarees, elles ont des sarees de toutes les couleurs et les plus brillants possibles. Des énormes diamants ornent leurs poignets, leur cou et leurs oreilles .Je n'ai aucun bijou. Je me sens mal à l'aise par tant de sobriété. Elles m'assurent que même quand j'étais en jean T shirt en arrivant j'étais déjà très belle. Elles n'ont pas voulu que je me maquille, il fallait que je reste la plus sombre et naturelle possible. Comme une contradiction de ce qu'elles essayent d'être ce soir, très voir trop maquillées et brillantes de mille feux de leur saree.Mine de rien quand on est en saree on se sent drôlement nue. On a tout le dos, les bras et le ventre à l'air. C'est une nouvelle forme de beauté qui me met mal à l’aise. Moi montrer mon ventre à 2000 personnes ? Je ne pensais pas qu'un jour ce serait possible. Les invités ont beaucoup apprécié mon éffort et me gratifient tous d'un hochement de tête approbateur accompagné d'un sourire malicieux. Je suis blanche, blonde et je me trémousse maladroitement dans un saree noir qui n'est absolument pas indien. J'ai du mal à marcher, c'est impossible de faire des grandes enjambées, il faut marcher par petit pas. Je me sens comme un saucisson sur pattes le bide à l'air manquant de trébucher à chaque instant.

La soirée commence par une longue attente : c’est la famille de la mariée qui reçoit la famille du mari, comme un remerciement d’accepter de prendre leur fille. Il faut donc attendre dans l’entrée que le mari et sa famille se présentent au mariage. Cela dure très longtemps car ils doivent célébrer ce moment à l’extérieur du lieu avec beaucoup de danses et de chansons.

IMG_3919.jpg

Lorsque le mari daigne enfin rentrer, la belle-mère l’accueille et le bénit ainsi que toute la famille de la mariée. Il se positionne alors sur une immense scène où la mariée le rejoint pour qu’ils puissent se reconnaître en échangeant un collier. C’est le clou du spectacle, accompagné avec kitsch de feux d’artifice, musique beaucoup trop forte, confettis qui dégoulinent. L’étape d’après reste un peu floue pour moi : les deux futurs mariés restent 3h debout à se faire prendre en photo. Les bijoux que la mariée porte sont mille fois trop lourds pour elle, elle essaye de tenir sa tête droite et doit beaucoup souffrir. Elle est mal à l'aise et se tient comme quelqu'un qui a un torticolis. C'est plutôt drôle à regarder, elle aura sur toutes ses photos de mariage l'air constipée. Pendant ce temps là , je me goinfre à tous les stands de nourriture , il y en a pour tous les gouts : inde du nord , du sud , apéros ou plats en sauce , libanais , thaï ,italien , stand de glaces , de fruits , de gâteaux . C’est absolument gigantesque, je suis sûre qu’il y a plus de 500 personnes qui bossent ici.

Vers minuit, une cérémonie étrange à lieu : étant donné que c’est la famille du marié qui est invitée, ils passent à table (pendant qu’on était tous debout à manger depuis 3h) et c’est la famille de la mariée qui les sert. Un peu comme s’ils voulaient leur montrer leur bonne hospitalité.

IMG_4129.jpg

Vers 1h, la cérémonie religieuse peut ENFIN commencer. Il est tellement tard que je pense que plus de 1500 personnes sont parties. Il ne reste que la famille proche et les curieux, enfin, je suis la seule curieuse. Autant depuis 4 heures, je me suis totalement ennuyée et j’ai eu très froid (merci le saree) autant les 3 heures suivantes ont été incroyables. La cérémonie est absolument fabuleuse. Les mariés sont installés au milieu d’une reproduction d’un temple qui tient lieu d’endroit sacré. Deux « prêtres » hindous animent pendant presque 3h la cérémonie en lisant des textes, en chantant, demandant l’intervention des membres de la famille pour lire ou toucher les mariés. Les femmes de la famille proche sont assises dans le temple, le reste des invités restent à l’extérieur à manger et attendre. L’ambiance est très détendue. Vers 4h30, la cérémonie se finit enfin : le mari pose un trait rouge sur le front de la mariée. Ils sont officiellement unis.

Désormais, la mariée appartient à la famille du mari. Elle va rejoindre dès à présent sa nouvelle maison. C’est un moment difficile pour la mère de Rahul qui voit sa fille partir de chez elle, elle pleure beaucoup. Elle ne la reverra que très peu, elle ne fait plus partie de leur famille. Elle est toute de même chanceuse car elle reste à Kolkata. A l’inverse, la femme de Rahul vient de Mumbai, elle a quitté toute sa famille pour venir habiter dans la maison de Rahul alors qu’elle ne le connaissait que très peu. Cela ne doit pas être évident de débarquer dans une famille inconnue et passer ses journées avec elle, parce qu’évidemment elle ne travaille pas. Elle n’est pas rentrée à Mumbai depuis le mariage, depuis 1an et demi… Je rentre dans ma petite chambre d’hôtel en saree avec ces images tristes de la mère de Rahul. OUI la famille est importante en Inde, tu restes toute ta vie avec elle, dans la même maison. Mais pas quand tu es une femme. Ce n’est pas la tienne.

#inde

DERNIERS CARNETS :
LA BIBLIOTHEQUE :
LES CARNETS PHOTOS :
Lonely planet 1month1project

Un tour du monde avec du sens !